Littérature Chrétienne

EGLISE

De nos jours, par son objet d’étude, l’Eglise a autorité pour apporter un éclairage aux préoccupations suivantes :
Endettement, cas de stérilité, échec scolaire et universitaire, échec professionnel et faillite, mariage, gestion du deuil, prise en charge des orphelins…
Elle peut par son expertise et sa compétence venir en aide à ses membres mais aussi répondre à l’appel de tous ceux ou celles qui frappent à sa porte.

Qu’est ce que l’Eglise ? Qui sont les Anciens et les Diacres ?

L’Eglise est un corps vivant selon les Ecritures. Cependant pour répondre  aux besoins urgents  du lecteur(ce) nous donnons  la définition  du dictionnaire  biblique

1-  La définition de l’Eglise, l’Ancien, le Diacre selon EMMAUS-(Nouveau Dictionnaire Biblique)

*L’Eglise

(gr. Ekklêsia, du verbe ek kaleô, appeler hors de). -Usage du mot. Dans les Etats grecs, on appelait ainsi l'assemblée des citoyens, convoquée par le héraut pour la discussion et la décision des affaires publiques (cf. l'assemblée tumultueuse d'Ephèse, Act. 19.32, 41). Les LXX trad. par ekklêsia le mot hébr. qahal désignant l'assemblée ou la congrégation d'Israël. C'est dans ce s. aussi qu'Etienne parle de "l'assemblée" (ekklêsia) qui était avec Moïse au désert. Ac 7.38 Jésus emploie pour la première fois dans Mt. 16.18 le mot église qui va devenir d'un usage si courant dans le N.T. Remarquons cep. que ce terme ne désigne jamais un bâtiment ni un lieu de culte, comme c'est le cas aujourd'hui. -Définition. Dans son essence, l'Eglise est la communauté de tous les croyants de la Nouvelle Alliance que le lien de la foi et l'action régénératrice du St-Esprit unissent d'une façon vitale à Jésus-Christ. Cette Eglise spirituelle est le corps mystique du Seigneur, dont on devient membre par le baptême de l'Esprit, et dans ce s. elle n'est discernée que par les yeux de la foi 1Co 12.13 elle est universelle parce que les enfants de Dieu de tous les pays et de tous les milieux en font partie Ac 2.47; 9.31 et qu'elle comprend également tous les rachetés déjà recueillis auprès du Seigneur Heb 12.22-23 si elle est en un s. invisible, elle est en même temps visible, car elle est incarnée sur la terre en des membres vivants et agissants, dont le monde doit constater l'amour fraternel, remarquer les bonnes oeuvres, et entendre le fidèle témoignage Joh 17.21; 1Pe 2.12; Php 2.15-16 elle est enfin aussi locale, car dans le N.T. la communauté chrétienne. de chaque localité était considérée comme une Eglise, ce qui permet d'employer également le terme pl. d'Eglises Ac 8.1; 11.26; 13.1; 14.23, 27; 15.41; Ro 16.4-5; 1Co 7.17; 1Th 2.14 -Le rapport entre Christ et l'Eglise est magnifiquement illustré par le N.T. Christ est la Tête, le Chef du Corps de l'Eglise 1Co 12.12-13, 27; Eph 5.23, 30 il en est le Fiancé, l'Epoux céleste, qui s'unit si intimement à elle que tous ne sont plus qu'une seule chair 2Co 11.2; Eph 5.31-32 Il est la pierre angulaire du temple du Seigneur, dont les pierres vivantes sont les croyants individuels édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes Eph 2.19-22; 1Pe 2.4-5 c'est ainsi qu'il convient d'interpréter Mt. 16.18, Pierre ayant été le premier à confesser clairement le nom du Sauveur, donc la 1re pierre individuelle ajoutée au divin fondement; (cf. Act. 4.11-12). Christ est le Souverain sacrificateur placé à la tête du sacerdoce royal constitué par tous les membres de l'Eglise. 1Pe 2.5, 9-10; Heb 9.11, 14; Re 1.6 -L'unité de l'Eglise est un don de Dieu et un miracle opéré par l'œuvre de la Croix et de la Pentecôte qui réunit en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. Joh 11.52; Eph 2.13-16; 1Co 12.13 Ainsi est exaucée la prière du Christ demandant pour les siens une parfaite unité de nature, semblable à celle du Père et du Fils. Joh 17.11, 20-23 La septuple base d'une telle unité est indiquée dans Eph. 4.4-6; cette dernière existe entre ceux qui adorent et servent les 3 personnes de la Trinité, étant devenus membres du corps de l'Eglise par le baptême de l'Esprit, ayant la seule foi qui sauve et l'espérance vivante du retour de Christ. En dehors de cette base, toute recherche d'unité est illusoire; l'ailleurs, nous ne devons pas faire, ni organiser par nos efforts l'unité, qui est spirituelle, mais la conserver par le lien de la paix (v. 1-3). Ceci demande un effort constant à des hommes tels que nous, et nous devons confesser que nous avons tous gravement péché dans ce domaine. Prenons garde au sévère avertissement de 1 Cor. 3.16-17! -Dons et ministères au sein de l'Eglise. Dans le Corps de Christ, chaque membre reçoit un don de l'Esprit, qui lui permet d'exercer sa fonction pour le bien de l'ensemble. Une énumération de dons et de ministères possibles est donnée dans 1Co 12.7-11, 28-30; Ro 12.4-8; Eph 4.11 Puisque les membres du Corps de Christ sont tous ainsi doués et appelés au sacerdoce, il n'y a pas de hiérarchie dans l'Eglise, ni de division entre laïcs et clergé. Ce qui existe par contre, c'est une harmonieuse répartition des dons et des ministères, exercés dans l'amour et la soumission mutuelle. 1Pe 4.10-11 Dans l'Eglise type du N.T., les apôtres ont rempli une tâche qui était, en un s., unique Ac 1.21-22; Eph 2.20 les évêques (en gr. surveillants) appelés aussi anciens Ac 14.23; 15.22; 20.17, 28 étaient chargés de veiller sur le troupeau et d'assurer la prédication et l'enseignement 1Ti 3.1-7; 5.17 les diacres avaient un ministère de dévouement et de service 1Ti 3.8-13; Ac 6.2-6 (cf. Rom. 16.1-2: Phoebé, diaconesse de l'Eglise de Cenchrées). Il y avait enfin des prophètes, des évangélistes, des pasteurs et des docteurs Eph 4.11; Ac 13.1-3 c.-à-d. un ministère vraiment plural, et non réduit à un seul homme comme c'est souvent le cas aujourd'hui. Le travail et l'autorité étaient ainsi répartis de sorte qu'au synode de Jérusalem les décisions sont prises au nom des apôtres, des anciens, des frères et, finalement, de toute l'Eglise, sous la direction du St-Esprit. Ac 15.22-23, 28 -La destinée éternelle de l'Eglise. Ici-bas l'Eglise est encore imparfaite, incomplète et méprisée; elle n'est pas du monde et marche comme son Maître sur le chemin de la croix Lu 12.32; Joh 15.18-20; 17.14-18 Sa tâche est de rendre témoignage à Jésus-Christ et de lui gagner des âmes. 1Pe 2.9-10; Php 2.15-16 Elle doit s'augmenter sans cesse et grandir dans la sainteté Eph 4.12-16 bientôt, le nombre des élus que Dieu connaît sera atteint Ro 11.25 et le Christ fera paraître devant lui son épouse parfaite, glorieuse et irrépréhensible Eph 5.27 Pour cela, cette épouse aura été enlevée dans les cieux à la rencontre de son Seigneur 1Th 4.14-17; Mt 25.1-13 purifiée et unie à lui par les noces de l'Agneau. Re 19.7-9 Assise avec Christ sur son trône, elle règnera avec lui aux siècles des siècles (3.21; 22.3-5). Heureux ceux qui, sauvés par la foi de l'Evangile, font partie d'une telle Eglise Ac 2.47

*Les Anciens (Fonctions et Institution)

Les fonctions des anciens découlent des différents noms qu'ils portent dans le N.T. En tant qu'anciens, ils portent, comme les anciens d'Israël et de la Grèce antique, la responsabilité de la vie communautaire de l'assemblée, ils dirigent l'Eglise et organisent l'enseignement des adultes et des jeunes. En tant qu'épiscopes, ils surveillent les différents secteurs de l'Eglise: la construction de l'édifice de Dieu, son administration financière et le fonctionnement des différents services dans le Corps de Christ. En tant que guides ou conducteurs, ils ont à marcher devant le troupeau, à explorer les terrains neufs et à servir de modèles à ceux qui les suivent. 1Pe 5.3 Ils sont les "économes de Dieu" Tite 1.7; 1Co 4.2 Toutes les questions concernant l'orientation générale de l'Eglise: doctrine, expansion, constructions, politique financière... relèvent donc du conseil des anciens. Dans Act. 11.30, l'aide financière destinée aux pauvres de l'Eglise de Jérusalem est remise entre les mains des anciens. Dans Act. 15.6, 12, 15, ils examinent un problème doctrinal qui risquait de diviser l'Eglise. Ils assument cette direction collégialement, chacun contribuant à la marche de l'ensemble selon ses dons particuliers. Chaque membre de ce conseil agit au nom de tous et avec leur approbation. Il le représente dans les actes publics. Les anciens délèguent des fonctions aux diacres et aux autres membres de l'Eglise. Leur unité est primordiale pour le maintien de celle de l'Eglise. -En tant que bergers, les anciens doivent paître le troupeau de Dieu Ac 20.28; 1Pe 5.2 c.-à-d. le conduire en marchant devant lui Joh 10.3-4 veiller sur lui en le préservant des dangers qui le menacent Joh 10.12-13; Ac 20.28-31; 1Th 5.12, 14; Heb 13.17 le nourrir par un enseignement approprié 1Ti 3.2; 5.17 et prendre soin des brebis, surtout des plus faibles Ac 20.35; Eze 34.3-5; 1Th 2.12; 5.12 -Depuis le début, certains anciens étaient rétribués pour leur ministère d'enseignement qu'ils accomplissaient sans doute à mi-temps ou à plein-temps Ga 6.6; 1Co 9.14; 1Ti 5.17-18 (où honneur doit plutôt se rendre par honoraire, vu le contexte et le parallèle de 1 Cor. 9.9). Le passage cité de 1 Tim. nous montre aussi que tous les anciens ne s'occupaient pas de tout et n'avaient pas les mêmes fonctions: chacun se spécialisait dans le domaine auquel ses dons le destinaient: prédication et enseignement, relation d'aide, gouvernement, évangélisation... -Institution des anciens. -"Dieu a établi dans l'Eglise premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement des docteurs (associés aux pasteurs dans Eph. 4.11), ensuite ceux qui ont le don... de gouverner" (1 Cor. 12.28). Christ "a donné... les autres comme pasteurs et docteurs" (Eph. 4.11). "Prenez garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques pour paître l'Eglise du Seigneur" Ac 20.28 -D'après ces versets, c'est donc Dieu lui-même, Père, Fils et Saint-Esprit, qui choisit et établit les anciens dans leur ministère. C'est lui qui accorde les "grâces de service" et qui "met dans le coeur l'empressement" et le "zèle" pour se dévouer au service des chrétiens 2Co 8.16; 1Co 16.15-16 Celui qui sent en lui ce désir de servir et qui prend conscience des dons reçus cherchera tout naturellement à mettre ces dons au service des autres. 1Co 12.7; 1Pe 4.10 Il en résulte diverses "opérations", c.-à-d. actions 1Co 12.6 qui ne pourront échapper aux chrétiens. Ainsi l'Eglise prendra, à son tour, conscience des dons qui lui ont été faits en la personne de ces frères et elle leur confiera diverses tâches pour les "mettre à l'épreuve". -Cette mise à l'épreuve est clairement exigée pour les diacres: "Qu'on les éprouve d'abord, et qu'ils exercent ensuite leur ministère, s'ils sont sans reproche (ou: si on ne trouve rien à leur reprocher)" 1Ti 3.10 La forme de la phrase (kai outoi de: eux aussi) indique que les évêques étaient aussi soumis à un stage probatoire. -Différents termes sont utilisés pour la manière de choisir des serviteurs de Dieu. La première fois où des chrétiens ont été sélectionnés pour un service particulier, l'apôtre Pierre dit à quot;la multitude des disciples": "Frères, choisissez (episkeptomai) parmi vous sept hommes... que nous chargerons (kathistêmi) de cet emploi... Ils élurent (eklegô) Etienne". Ac 6.3-5 Le premier terme est apparenté à episkopos et signifie: regarder autour de soi pour faire un choix ("Dieu a jeté les regards sur les nations pour choisir du milieu d'elles un peuple". Ac 15.14 Le deuxième terme se retrouve dans Tite 1.5 ("Que tu établisses des anciens"). Le troisième (eklegô) est fréquent dans le gr. profane et dans le N.T. Dès l'époque de Platon, il était utilisé pour les élections des anciens chargés de l'administration de la cité (Platon: Rép. 536 c; Polybe 6.10.9), des archontes et autres magistrats. Dans l'armée, on l'employait lorsqu'il s'agissait de sélectionner des hommes pour des tâches particulièrement difficiles ou glorieuses (Polybe 9.13.9). Luc l'emploie également pour le choix des délégués chargés d'apporter la lettre contenant les décisions de la conférence de Jérusalem. Ac 15.22, 25 -Un autre terme apparaît dans Act. 14.23: "Ils firent nommer (cheirotoneô) des anciens dans chaque Eglise." Ce mot ne se retrouve que dans 2 Cor. 8.19: "Nous envoyons avec lui (Tite) le frère dont la louange... est répandue dans toutes les Eglises, et qui, de plus, a été choisi par les Eglises pour être notre compagnon de voyage." Les différentes conceptions du ministère se cristallisent autour de ce terme. Littér., il veut dire: lever ou étendre la main. On peut étendre sa main en pointant quelqu'un du doigt. Dans ce cas, on traduira: "ils leur désignèrent des anciens dans chaque ville." On peut étendre ses mains et les poser sur la tête de quelqu'un. On obtient alors:"ils instituèrent des anciens" Mais "cheirotoneô, nous dit E. Brunner, n'a absolument rien à voir avec l'imposition des mains. C'est le terme technique qu'on emploie pour élire, désigner à une fonction, et l'idée de base n'est pas celle d'imposer la main, mais celle de la lever, façon usuelle de donner sa voix à un candidat". -L'ensemble de la communauté avait une grande part dans les prises de décisions de l'Eglise primitive. Ainsi les frères de l'Eglise d'Antioche "décidèrent que Paul et Barnabas et quelques-uns des leurs monteraient à Jérusalem". Ac 15.2 Là il nous est dit qu'il parut bon aux apôtres et aux anciens et à toute l'Eglise de "choisir (eklegô) parmi eux et d'envoyer à Antioche avec Paul et Barnabas, Jude appelé Barsabas et Silas...". Ac 15.22 Quelques Eglises désignèrent et envoyèrent aussi les frères chargés de recueillir les libéralités des saints et de les porter à Jérusalem. 1Co 16.3; 2Co 8.19, 23 Epaphrodite, compagnon d'oeuvre de Paul, était l'envoyé des Philippiens auprès de Paul Php 2.25 Les Eglises étaient traitées en personnes majeures, capables de discerner les directives du Saint-Esprit pour le choix de leurs responsables. -L'ordre chronologique normal paraît donc être le suivant: -1. Dieu accorde des dons à un certain nombre de frères. -2. Ceux-ci en prennent conscience lors du service qu'ils exercent pour l'Eglise. -3. L'assemblée prend conscience, de son côté, des dons de ces frères. -4. Elle exprime son avis lors d'une consultation à ce sujet. -5. Elle les "met à l'épreuve" durant un certain temps. -6. Les frères choisis sont officiellement établis dans leur charge avec imposition des mains de l'assemblée des anciens Ac 6.6; 13.3; 1Ti 4.14; 5.22 -Notons, cep., qu'au 1er siècle, les apôtres ou leurs délégués (Timothée, Tite) ont joué un rôle non négligeable lors de la nomination des anciens. Ac 14.23; Tit 1.5 Si l'apôtre Paul a précisé à Timothée 1Ti 3.1-7 et à Tite Tit 1.6-9 les qualités dont un ancien devait faire preuve, c'était certainement parce que ces "délégués apostoliques" devaient enseigner l'Eglise sur les conditions à remplir par les candidats et veiller à ce qu'elles soient respectées chez ceux qu'elle allait instituer. Comme pour beaucoup d'autres fonctions apostoliques, la plupart des Eglises évangéliques n'ont trouvé aucune modalité restituant cet office important.

*Les Diacres et les diaconesses

( gr. diakonos), signif. chez les écrivains classiques: domestique, subordonné, messager. C'est le s. de ce mot dans Mt 20.26 où il est trad. par serviteur, pour le différencier de doulos, esclave,
v. 27 Mt 23.11; Joh 2.5, 9; Ro 13.4; 15.8; 1Co 3.5; 2Co 6.4 (etc.). Chrétien exerçant une fonction auxiliaire dans l'Eglise locale, et dont les qualités spirituelles et morales doivent correspondre à ce qu'expose 1 Tim. 3.8-10. Les 7 hommes choisis pour secourir les veuves et les indigents de l'Eglise primitive, étaient diacres, bien que ce titre ne leur soit pas donné Ac 6.1-6 cf. les mots "service", diakonia, et "servir", diakoneô, Act. 6.1, 2. Certaines vers franç. ont le mot "service", d'autres ont "distribution"). Le soin des pauvres n'enlevait point aux diacres le privilège de parler pour Christ en public: Etienne et Philippe remplissaient aussi les fonctions de prédicateurs et d'évangélistes. En faisant cela, ils exerçaient un don personnel, plutôt qu'ils ne remplissaient une tâche officielle. L'Eglise de Philippes avait un groupe de diacres; les charges eccl. se répartissaient entre les évêques (ou anciens), et les diacres qui les assistaient. Php 1.1

Diaconesse  Femme remplissant des fonctions analogues à celles du diacre; ainsi Phoebé, "servante" de l'Eglise de Cenchrées. Ro 16.1 L'allusion de 1Ti 3.11 se rapporte prob. aux diaconesses. En l'an 100 ap. J.-C., il y avait déjà des diaconesses dans les Eglises de Bithynie, car Pline, dans sa célèbre lettre à l'empereur Trajan au sujet des chrétiens raconte qu'il a interrogé "2 vieilles femmes" de la communauté chrétienne, et qu'on les appelle "ministres", ministrae.

2-la gestion morale et spirituelle de la dette

Nous partageons la définition précitée  toutefois, elle  est insuffisante pour répondre à notre préoccupation actuelle.

Ainsi l’Eglise aujourd’hui comprend :

-Les chrétiens nés de nouveau
-Les chrétiens rétrogrades
-Et l’ensemble de ceux qui attendent l’annonce de l’Evangile  pour se convertir.
Ayant en nous cette pensée, nous demandons aux frères et sœurs en Christ de prier le Seigneur pour permettre un rassemblement de ces trois entités spirituelles.
Nous ne considérons pas rétrogrades tous frères ou sœurs qui, pour une raison quelconque, quittent une communauté A pour  une communauté B.

Dernière mise à jour 03 Novembre 2008

Recherche

Identification

Newsletter

Liens sociaux

 Facebook

 Twitter

Contacts

Merci de nous contacter : par téléphone : 00 225 22 42 61 78

par mobiles : 00 225 07 66 85 91 / 00 225 07 42 68 65

par courrier : 04 BP 1255 Abidjan 04 Côte d'Ivoire

:
Copyright ©2009 - 2014 Eleganministries tous droits réservés
Réalisée par Quicks